PHP 7 sera la prochaine version majeure de PHP Il n’y aura pas une version 6 pour le langage de programmation

PHP passera
directement de la
version 5.x à la version
7.x, sans passer par
une version 6.x. C’est
ce qui ressort d’un vote dans une
RFC (requests for comments) sur le
Wiki du langage de programmation
Web.
Après un long processus de votes,
sujet à des discordes, qui avait
débuté le 20 juillet 2014, avant
d’être subitement annulé pour des
raisons qui ne sont pas claires, les
responsables du projet ont adopté
PHP 7 comme la prochaine version
majeure du langage. Le second vote
s’est déroulé entre le 23 et le 30
juillet, et 58 voix contre 24 ont été
favorables à l’utilisation de « PHP 7
» à la place de « PHP 6 ».
Pourquoi avoir opté pour PHP 7 alors
que logiquement, la prochaine
version du langage devrait être
baptisée « PHP 6 », puisqu’on est
actuellement à la version « 5.x » ?
Retour en 2005, les développeurs de
PHP se lancent dans la création
d’une nouvelle version majeure du
langage, qui allait avoir pour nom «
PHP 6 » et devait avoir comme
nouveauté majeure l’intégration
d’Unicode (standard informatique
qui permet des échanges de textes
dans différentes langues, à un
niveau mondial). Face à d’énormes
difficultés rencontrées dans la mise
en œuvre d’Unicode, le projet est
abandonné en 2010, et les autres
nouveautés et améliorations de PHP
prévues pour cette version sont
intégrées dans « PHP 5.3 » et « PHP
5.4 ».
C’est alors que nait une certaine
confusion. Alors que PHP 6 ne voit
pas le jour, plusieurs ressources en
ligne font référence à PHP 6 pour
évoquer ses fonctionnalités, y
compris des livres. La prochaine
version de PHP étant construite sur
de nouvelles bases, il était
important pour les développeurs du
projet de se distancer de la version
6, qui avait déjà été beaucoup
médiatisée.
Plusieurs raisons ont été évoquées
pour justifier ces changements, dont
voici l’une : « La version 6 est
généralement associée à l’échec
dans le monde des langages
dynamiques. PHP 6 a été un échec,
Perl 6 a été un échec. Il est
également associé à l’échec en
dehors du monde des langages
dynamiques : MySQL 6 existait, mais
n’a jamais été publié. La perception
de la version 6 comme un échec –
pas comme une superstition, mais
un fait réel mondial (similaire à
l’association du mot « Vista » à
l’échec) – reflète mal cette version
de PHP ». Il faut noter que Windows
Vista était la version 6 de Windows.
Les défenseurs de la version 6,
quant à eux, soutenaient que les
gens allaient se poser la question de
savoir comment PHP était passé
subitement à la version 7, sans avoir
une version 6.
Le débat est désormais clos et a fait
place aux discussions sur les
fonctionnalités qui seront intégrées
à cette prochaine version majeure
de PHP, qui succédera à PHP 5.6.
Parmi celles-ci, pourrait figurer « PHP
Next Generation », un projet dont le
but, est de procéder à une refonte,
à l’optimisation et au nettoyage du
code de base de PHP pour le rendre
plus efficace et permettre d’avoir
recours à un compilateur JIT. La
refactorisation du code de PHP dans
le cadre de ce projet avait déjà
entrainé une augmentation des
performances d’applications comme
Wordpress 3.6 de 20 % et Drupal 6.1
de 11,7 %.
Source : site du projet PHP

Publicités

Poster un commentaire

Les développeurs Web ne respecteraient pas les standards sur mobile Microsoft obligé

Microsoft a été critiqué
pendant plusieurs
années par des
développeurs pour le
nom respect des
standards du web pour son
navigateur Internet Explorer pour
Desktop. La société a fait des efforts
dans les récentes versions de son
navigateur pour se conformer aux
normes.
Actuellement, c’est la situation
inverse qui est effectuée par la
société sur le mobile. Afin d’offrir
une meilleure expérience utilisateur
aux mobinautes, la société a
optimisé IE sur Windows Phone, en y
ajoutant même des fonctionnalités
qui ne font pas partie des standards
du Web, afin de supporter un
nombre important de sites Web
mobiles.
Dans un billet de blog sur les
améliorations qui ont été apportées
à Internet Explorer 11 dans la mise
à jour Windows Phone 8.1 Update 1,
la firme explique que les
développeurs lors de la création des
versions mobiles de sites Web, ont
concentré leurs efforts sur la prise
en charge d’une plateforme
particulière, au détriment de la prise
en charge des standards du Web.
« Contrairement au Desktop qui est
basé sur le support des standards,
de nombreuses pages Web mobiles
modernes ont été développées pour
iOS et l’iPhone. Cela a eu comme
conséquence une expérience souvent
dégradée pour les utilisateurs
d’autres systèmes », explique
Microsoft. Parmi ces systèmes, on
retrouve Windows Phone et Firefox
OS.
Après avoir testé un nombre
important de sites mobiles
populaires, Microsoft a constaté que
son navigateur sur mobile affichait
parfois les versions Desktop des
sites, parce que ceux-ci ne
reconnaissaient pas IE 11 comme
navigateur mobile. Le navigateur
fournissait un mauvais rendu des
sites Web parce que plusieurs
utilisaient de anciennes
fonctionnalités préfixées de webkit,
qui ont été remplacées par des
normes, ainsi que celles qui ne sont
pas normalisées. Il y avalait
également des fonctionnalités de
rendu spécifiques à Safari sur iOS
qui n’étaient pas prises en charge
par IE11.
La firme s’est lancée dans un travail
d’optimisation de son navigateur
mobile, afin d’offrir aux utilisateurs
un rendu similaire que sur iOS et
Android, les deux plateformes
majeures de l’écosystème du mobile.
Plus de cent améliorations ont été
apportées par l’éditeur à IE 11 dans
Windows Phone 8.1 Update 1.
« Nous croyons que s’est une
approche plus pragmatique pour
l’exécution du Web mobile qui est
moins normalisé actuellement »,
note la firme, qui explique qu’IE 11
dans Windows Phone 8.1 Update 1
améliore considérablement la
compatibilité avec les sites les plus
populaires du Web mobile.
« Nous avons testé plus de 500 sites
Web populaires en version mobile
pour apporter des améliorations à
l’expérience sur plus de 40% d’entre
eux », affirme Microsoft. Parmi ces
sites, on retrouve Twitter, Baidu,
Hawaiian Airlines ou encore le New
York Times, qui ont désormais sur
IE11 un rendu identique à celui qui
est observé sur l’iPhone.
À titre illustratif, ci-dessous un
rendu des sites
http://www.hawaiianairlines.com, et
http://www.nytimes.com pour lesquels les
versions desktop sont affichées sur
IE11 et Firefox OS.
Le nouvel rendu après sur IE11 dans
Windows Phone 8.1 Update 1,
comparé à l’affichage sur iPhone.
Microsoft invite néanmoins les
développeurs à prendre en charge
les normes sur mobile. « Ce n’est
pas notre objectif de soutenir les
préfixes et API Webkit. Nous
continuerons nos efforts de
sensibilisation pour encourager ces
sites à fonctionner sur la base des
normes. Le support que nous avons
ajouté aujourd’hui est nécessaire
pour faire fonctionner le Web mobile
», explique la société.
Windows Phone 8.1 Update 1 sera
disponible dès la semaine prochaine
pour les développeurs et dans
quelque mois pour le grand public.
Source : Microsoft

Poster un commentaire

France : le code informatique sera enseigné en primaire dès la rentrée

Dans l’édition du 13
juillet du Journal du
Dimanche, le ministre
de l’éducation
nationale Benoît
Hamon annonce que l’enseignement
du code informatique sera proposé
de manière facultative et sur le
temps périscolaire aux élèves du
primaire dès la rentrée 2014-2015. Il
indique avoir lancé le 19 juin « un
appel aux associations pour
structurer une offre nationale ».
Le ministre estime que « les
mathématiques comme
l’informatique sont d’autres formes
de langage, qui apprennent la
logique, facilitent la manipulation de
concepts » mais surtout permettent
d’ouvrir la voie à « un monde
toujours plus connecté ». L’école «
ne peut ignorer l’importance du
numérique », explique Benoît
Hamon. Dans une interview accordée
au JDD, il avance que « la question
n’est plus de savoir s’il faut
apprendre l’informatique et son
langage, mais de savoir comment,
pour quels usages, et à quelle étape
du cursus le faire ».
Benoît Hamon, ministre de
l’éducation nationale
« Si maîtriser le français est
indispensable pour penser, formuler
un jugement, s’exprimer et
communiquer, les mathématiques
comme l’informatique sont d’autres
formes de langage, qui apprennent
la logique, facilitent la manipulation
de concepts. [L’informatique]
favorise l’interaction au sein de la
classe, stimule la participation de
tous, y compris de ceux qui restent
en retrait »a-t-il poursuivi.
Cependant, s’il faut parler
d’informatique, il faut également
évoquer les équipements. Le
ministre rappelle que 16 000 écoles
sur un total de 54 000 n’ont pas
encore d’accès à l’internet haut
débit. Raison pour laquelle il
annonce que « dès septembre, nous
relierons au haut débit par voie
hertzienne 9.000 écoles situées dans
les zones non reliées à la fibre ».
« Nous lançons par ailleurs, avec
Arnaud Montebourg, un grand
programme en faveur de la filière
industrielle française du numérique
éducatif » a-t-il rajouté en précisant
que 70 % des élèves du primaire et
de collège et 100% des enseignants
« seront équipés » à l’horizon 2020
en ordinateurs et tablettes dotés de
ressources pédagogiques
numériques.
Source : JDD

Poster un commentaire

Les gérontechnologies, technologies pour « vieux », secteur en pleine expansion

Les nouvelles technologies
destinées à un public âgé,
appelées aussi
« gérontechnologies »,
apparaissent de plus en plus sur
le marché. Destinées à rendre la
vie des aînés plus confortable, en
tenant compte de leurs difficultés,
elles sont généralement
accueillies avec enthousiasme par
les premiers concernés.
Le marché des gérontechnologies
« est un marché qui se développe
très fort », selon Jean-Baptiste Dayez,
chargé d’études chez Eneo, le
mouvement social des aînés. A
l’avenir, les seniors seront d’ailleurs
de plus en plus familiarisés avec ces
technologies.
Parmi ces nouveaux outils, outre les
escaliers électriques, les baignoires
à porte ou les téléphones à grandes
touches, apparaissent davantage des
technologies « communicantes », qui
transmettent directement des
données aux proches, comme « des
détecteurs de chute, à placer au
niveau des hanches ».
Pour Damien Van Achter, spécialiste
des nouvelles technologies, le
développement de ces outils est un
« créneau assez porteur ». « On voit
par exemple que les sociétés qui
réalisent des investissements dans
la technologie ont le souci de se
tourner vers le secteur de la santé »,
auquel de plus en plus
d’applications mobiles sont par
exemple liées, notamment à la suite
du vieillissement de la population.
Des prototypes de ces
gérontechnologies fleurissent sur le
marché, souligne-t-il, citant
notamment le compagnon digital
développé par la spin-off wallonne
CareSquare. Ce produit, un
ordinateur simplifié, assure un suivi
médical (tension, glycémie), permet
l’échange de courrier électronique
et offre des divertissements tels
que des jeux adaptés et un
explorateur internet sécurisé.
Mais pour Damien Hubaux,
directeur du Centre d’Excellence en
Technologies de l’Information et de
la Communication (CETIC), si ces
nouveaux outils et applications
suscitent l’intérêt de tous les
acteurs du secteur (maisons de
repos, médecins, mutualités), des
freins existent néanmoins à leur
expansion, principalement leur coût
de développement et prix d’achat
(un peu plus de 800 euros par
exemple pour le compagnon).
Enfin, quelques craintes naissent
aussi face à cette expansion, avance
mercredi Eneo, qui a réalisé une
étude auprès d’une vingtaine de
seniors, comme le risque de voir ces
derniers s’isoler. Les aînés
accueillent souvent « ces nouveaux
produits avec enthousiasme »,
explique Jean-Baptiste Dayez. Ils
voient notamment dans ces
technologies « le moyen de pouvoir
rester chez eux, en évitant ainsi la
maison de repos et en gardant une
certaine autonomie ». Cependant,
nuance-t-il, ces technologies posent
aussi des questions éthiques. Ainsi,
ces outils, et surtout ceux destinés à
faciliter la communication entre
différents interlocuteurs, doivent
pouvoir « garantir la confidentialité
des informations et des données »
transmises, telles que la
géolocalisation.
La question « du consentement » se
pose encore. « Le choix d’opter pour
la technologie doit rester un choix
éclairé et le plus neutre possible.
Cette question du consentement est
moins évidente pour les personnes
vulnérables », poursuit le chargé
d’études, qui craint également
qu’on abuse de ces outils quand « ce
n’est pas toujours nécessaire ».
La plus grande crainte reste
l’isolement que pourraient
engendrer les nouveaux produits,
conclut Jean-Baptiste Dayez. Il faut
donc éviter que ces
gérontechnologies, qui donnent en
effet aux seniors plus
d’indépendance, « ne mènent à la
perte de contact humain »

Poster un commentaire

Les développeurs de jQuery mettent en garde contre l’utilisation des versions « latest » en production, Elles doivent servir uniquement aux tests

jQuery : les versions
« latest » doivent servir
uniquement pour vos
tests
Risque de non-
rétrocompatibilité. Arrêt de la mise
à jour.
Les fichiers « jquery-latest.js » et
« jquery-latest.min.js » avaient pour
but de fournir un moyen simple de
télécharger la dernière version
publiée de jQuery pour faire des
tests. Les utiliser en production
risque de nuire au bon
fonctionnement de votre site web.
Pour atténuer le risque de « briser le
web », l’équipe jQuery a décidé en
2013 que les versions « latest » ne
pouvaient pas être mises à niveau
vers la branche 2.0, même si c’est
techniquement la dernière version.
Il y aurait tout simplement trop de
sites qui cesseraient de travailler
avec les anciennes versions
d’Internet Explorer, et beaucoup de
ces sites ne sont plus maintenus ou
ne peuvent plus l’être.
Aujourd’hui, même cette limitation
nous semble insuffisante pour
protéger contre une utilisation
imprudente de « latest ». Nous avons
donc décidé d’arrêter la mise à
jour , en gardant les deux fichiers
(« lastest.js » et « lastest.min.js ») à la
version 1.11.1 pour toujours.
De plus, un fichier « latest » est réglé
sur un temps de cache très court, ce
qui signifie que vous perdez le
bénéfice de l’utilisation d’un serveur
de code (CDN).
Si vous voyez un site qui utilise
« jquery-latest.js » ou « jquery-
latest.min.js », merci de leur faire
savoir qu’ils doivent changer pour
une version spécifique (numéro de
version complet).
Si vous avez besoin de la dernière
version de jQuery, voyez la page de
téléchargement ou notre serveur de
code .
Source

Poster un commentaire